Moyen-Orient: à la frontière turque, les enfants syriens meurent de froid

 

Selon le communiqué dramatique de l’ONU, près d’un million de personnes ont été déplacées depuis le 1 er décembre, dont une grande majorité de femmes et d’enfants, « traumatisés et obligés de dormir dehors dans des températures glaciales ». – AFP.

Dans un communiqué alarmiste, les Nations unies, à travers la voix du secrétaire général adjoint pour les Affaires humanitaires Mark Lowcock, ont lancé ce 17 février à New York un rare appel dramatique à propos de la situation des civils dans la province rebelle d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie. La crise, dit le texte, « a atteint un nouveau niveau horrible. Nous pensons maintenant que 900.000 personnes ont été déplacées depuis le 1er décembre, dont une grande majorité de femmes et d’enfants. Ils sont traumatisés et obligés de dormir dehors dans des températures glaciales parce que les camps sont remplis. Les mères brûlent du plastique pour garder les enfants au chaud. Les bébés et les petits enfants meurent de froid. (…) Une énorme opération de secours, à la frontière de la Turquie, est en cours, mais elle est dépassée. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois
(sans engagement)